Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

22 mars 2008 6 22 /03 /mars /2008 08:13

Face à une conjoncture économique de plus en plus dégradée, la banque centrale américaine, la Fed ou Réserve Fédérale,  mène une  Politique Monétaire très expansionniste.  

Etats-Unis : Baisse de 75pb de l’objectif des Fed funds

Le 18 mars 2008, « Le Federal Open Market Committee (FOMC, comité de politique monétaire) de la Réserve Fédérale a décidé de baisser l’objectif des Fed funds de 75pb, à 2,25%. Le taux d’escompte – qui avait déjà été ajusté à la baisse de 25pb deux jours auparavant – a également été abaissé de 75pb, à 2,5%. »

Pourquoi une si forte  baisse des taux ?

« Le taux d’escompte – qui avait déjà été ajusté à la baisse de 25pb deux jours auparavant – a également été abaissé de 75pb, à 2,5%. Au final, l’écart entre l’objectif des Fed funds et le taux d’escompte a été ramené à 25pb cette semaine, contre 100pb avant le déclenchement de la crise financière, l’été dernier. Ce rétrécissement souligne que les tensions sur les marchés financiers sont probablement considérées par la Fed comme le risque majeur pour l’économie dans les circonstances actuelles. » 

Cette tendance récente à d’importantes baisses des taux d’intérêt,  peut être comparée à celles menées au début des années 2000 à la suite de la bulle technologique, même si les conditions d’occurrence de la crise ne sont pas tout à fait identiques. Il avait alors fallu faire face à des problèmes d’endettement, d’investissement des entreprises, alors qu’aujourd’hui, il convient de canaliser les effets de l’endettement et de l’investissement immobilier des ménages. La gestion des effets de la crise implique d’envisager une gamme différente de canaux de transmission des effets de la politique monétaire...

Les menaces sur la croissance économique et l’emploi se précisent

Le FOMC estime que « les principaux risques ont tous évolué défavorablement au cours des dernières semaines :

-      les tensions sur les marchés financiers se sont intensifiées,

-      le marché du travail s’est détérioré,

-      les données immobilières sont restées déprimées. » 

Cet épisode montre, une fois de plus, que la banque centrale américaine, prend explicitement en compte les conditions d’une croissance soutenue et durable, et non seulement la stabilité des prix.

Les risques inflationnistes ne sont pas sous estimés

Sur fond d’évolutions défavorables et d’incertitude, la menace inflationniste n’est pas oubliée. « Les évolutions sur le front de l’inflation n’ont pas été favorables récemment. Le communiqué du FOMC insiste d’ailleurs à la fois sur le caractère défavorable des évolutions récentes et la plus grande incertitude qui prévaut aujourd'hui. » 

« Les évolutions sur le front de l’inflation n’ont pas été favorables récemment, à l’exception des chiffres des prix à la consommation de février. En particulier, la combinaison de la forte dépréciation du dollar et de prix des matières premières très élevés paraît menaçante de ce point de vue. Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant que les anticipations d’inflation  – que le FOMC indique surveiller de près – se soient légèrement détériorées. Le point mort d'inflation déduit des rendements des T-Notes indexés à dix ans est ainsi passé de 2,4% au début février à 2,7% dernièrement. »

L’objectif de stabilité de prix n’est donc pas omis par la Fed, mais il n’est pas exclusif de tout autre objectif. Il ne s’agit pas de maintenir la stabilité des prix, de contenir l’inflation, au prix d’une instabilité plus grande de la croissance économique et de l’emploi.

De la nécessité d’un arbitrage entre

soutien de la croissance et contrôle de la stabilité des prix

« Le paragraphe final du communiqué indique que les risques à la baisse sur la croissance demeurent, et que le Comité agira pour favoriser une croissance soutenable et la stabilité des prix. »

Par nature, un politique économique doit arbitrer entre objectifs. Si une règle de politique économique quelconque impose un seul objectif au détriment de tous les autres, s’il  n’y a plus de possibilités d’arbitrage, la politique économique devient illusoire. Ce n’est plus qu’une chimère.

Entre la règle et le choix, il faut choisir. Mais en démocratie, le gouvernement par la règle ne saurait s’imposer durablement au risque de mettre en péril le fondement même d’un gouvernement démocratique se traduisant ipso facto par des choix, des arbitrages pour les responsables de la politique monétaire et de la politique budgétaire. Observons de surcroit que le choix implique la responsabilité et la prisé de responsabilité par les autorités concernées. Celui qui fait des choix est responsable des conséquences de ceux-ci. L’autorité qui ne fait pas de choix devient irresponsable des effets de ceux-ci car elle peut renvoyer à la règle ceux qui critiquent ses « choix ».

A suivre …

Extrait du Communiqué du FOMC, 18 mars

« The Federal Open Market Committee decided today to lower its target for the federal funds rate 75 basis points to 2-1/4 percent. Recent information indicates that the outlook for economic activity has weakened further. Growth in consumer spending has slowed and labor markets have softened.  Financial markets remain under considerable stress, and the tightening of credit conditions and the deepening of the housing contraction are likely to weigh on economic growth over the next few quarters. Inflation has been elevated, and some indicators of inflation expectations have risen.  The Committee expects inflation to moderate in coming quarters, reflecting a projected leveling-out of energy and other commodity prices and an easing of pressures on resource utilization.  Still, uncertainty about the inflation outlook has increased.  It will be necessary to continue to monitor inflation developments carefully. Today’s policy action, combined with those taken earlier, including measures to foster market liquidity, should help to promote moderate growth over time and to mitigate the risks to economic activity.  However, downside risks to growth remain. The Committee will act in a timely manner as needed to promote sustainable economic growth and price stability.

Source : EcoFlash, BNP Paribas,  18 mars 2008.

A consulter :

D’une bulle spéculative à la suivante

« Credit Crunch » aux Etats-Unis ?

Subprime, petite foire aux questions

Pourquoi le subprime ne peut exister en France

Les errements de la confiance :la FED et la BCE dans la crise
Jean Paul Fitoussi et Éloi Laurent

 Jean Paul FITOUSSI La Crise Financière et ses conséquences

 « La crise financière aura-t-elle des conséquences sur l'économie réelle ? »

 Le Monde, Débat avec Jean Paul Fitoussi,  président de l'OFCE,  mardi 11 septembre 2007 à 15 h00.

 Attention : une crise financière peut en cacher une autre

 Les dangers de la « Finance de PONZI »

 Crise financière, crise du "subprime"

 De la crise financière,… à la crise réelle ?
.

Published by David Mourey - dans Crises Financières
commenter cet article

commentaires

calcul de taux d'intérêt 14/05/2009 14:02

Pour les calculs de taux d'intérêt, vous pouvez utiliser le site de simulation financière calcul taux interet .fr

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012