Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 20:56

.
Selon Patrick ARTUS, dans une note récente - Natixis, 1 avril 2008.- à partir d'une analyse économétrique, on peut montrer que les écarts d'espérances de vie entre les  28 pays de l'OCDE vont s'expliquer davantage par un excès de travail que par un excès de boisson alcoolisée.
Par exemple, l'espérance de vie à la naissance va de 71,4 ans en Hongrie à 80,6 au Japon.


Quatre causes principales aux différences

d'espérance de vie à la naissance


Patrick ARTUS
distingue 4 variables explicatives possibles :

  • - la durée annuelle du travail en tant que mesure d'un effet de fatigue,
  • - le taux d'emploi des salariés de plus de 55 ans comme autre mesure de l'effet de fatigue,
  • - la part de l'emploi public dans l'emploi total comme mesure de l'effet de repos
  • - la consommation d'alcool représentative évidemment de l'état de santé ou mesure d'un effet négatif sur la santé.

 .

 

.
A partir du modèle économétrique utilisé, Patrick ARTUS montre que «  seule la durée annuelle du travail a un effet significatif (négatif) sur l'espérance de vie. Les autres variables n'ont pas d'influence significative, en particulier une consommation plus élevée d'alcool n'est pas associée, entre ces 28 pays, à une espérance de vie plus faible. Si les français travaillaient autant que les coréens, ils vivraient 4 ans de moins ; si les coréens buvaient autant d'alcool que les français, ils ne vivraient que 1,2 an de moins. »


Boire ou travailler ?
Il faut choisir !


En conclusion, il vaut mieux boire que travailler beaucoup. La durée annuelle du travail a un effet significatif (négatif) sur l'espérance de vie alors que l'effet négatif de la consommation d'alcool sur l'espérance de vie n'est pas significatif.
.

Published by David Mourey - dans Protection sociale
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012