Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 17:42

 

Un Appel a été lancé par de nombreux économistes de renommée internationale afin de donner des idées d'action aux gouvernements européens face à la crise financière et réelle qui ne cesse de rebondir et d'assombrir les perspectives d'avenir.. 

 

« Open Letter to European leaders on Europe's banking crisis :
A call to action »


Cet appel a été lancé par Alberto Alesina (Université Harvard), Richard Baldwin (Institut de Hautes Etudes, Genève), Tito Boeri (Université Bocconi, Milan), Willem Buiter (London School of Economics), Francesco Giavazzi (Université Bocconi, Milan), Daniel Gros (CEPS, Bruxelles), Stefano Micossi (Assonime), Guido Tabellini (Université Bocconi, Milan), Charles Wyplosz (Institut de Hautes Etudes, Genève), et Klaus Zimmermann (Université de Bonn) sur Telos et les autres sites membres du consortium.

À ce jour plus de deux cent cinquante économistes ont signé l'appel. La version anglaise est publiée sur le site de VoxEU et la version italienne sur celui de LaVoce.

 
Les risques d'un cercle vicieux :
Crise financière - Crise économique ...

« La confiance entre les institutions financières est en train de disparaître et le risque existe que la panique s'étende. Il faut apaiser la tourmente qui agite les marchés financiers avant qu'elle ne cause des dommages majeurs à l'économie réelle. L'épargne de centaines de millions d'Européens est directement menacée. Si la crise conduit à une paralysie du marché du crédit, on assistera à une destruction massive d'emplois et d'entreprises. Un affaiblissement supplémentaire de l'économie aggraverait la crise financière et créerait un cycle vicieux, avec une baisse du prix des actifs, une moindre capacité à rembourser les emprunts, et une diminution du crédit.

Les actions prises par les responsables américains vont dans le bon sens, mais elles ne peuvent pas suffire. L'Europe doit elle aussi s'engager. »


 Une action européenne cordonnée est indispensable

Très clairement, il semble que l'Europe ait encore plusieurs temps de retard à l'allumage par rapport aux réactions de la puissance publique aux Etats-Unis.

Encore une fois, les actions nationales non cordonnées paraissent inopérantes face à l'ampleur du problème.

Seule une action coordonnée à l'échelle de l'Union européenne peut produire des effets solides et durables sur l'économie européenne considérée globalement et sur les économies nationales qui la composent.


 La Présidence Française de l'Union


La France a la Présidence de l'Union depuis le 1er juillet 2008. C'est un peu au Président de la république, Nicolas SARKOZY, d'impulser une dynamique collective.

 

Alors que la Banque Centrale européenne reste encore trop crispée sur son objectif d'inflation, alors que de nombreux pays doivent mener des politiques budgétaires restrictives pour respecter les critères budgétaires de déficit et de dette publique, il semble plus qu'urgent que des décisions fortes et crédibles soient annoncées et mis en œuvre par les dirigeants politiques européens.

 

L'Europe, c'est à dire l'Union européenne et la zone euro,  ne peut plus se contenter d'attendre les réactions américaines pour suivre modérément en attendant que cela soit suffisant.

 

L'Union doit prendre ses responsabilités et agir comme un grand pays fort d'une grande économie et non comme un petit pays porté par une petite économie très dépendante de l'extérieur.

 

En bref, nous avons les moyens de déterminer et d'agir sur notre avenir.

 

« L'avenir est rose autant que noir,
il ne dépend que de nous
de choisir la couleur du ciel. »

 

Vous pourrez lire sur Telos, le texte en intégral ici : Crise financière : que faire ?

 

Et aussi : Retour à 1929 ?

 

« Open Letter to European leaders on Europe's banking crisis: A call to action »

http://www.voxeu.org/index.php?q=node/1729

 

Published by David Mourey - dans Europe
commenter cet article

commentaires

maxime kinder 09/10/2008 01:31

Un Tribunal International pour juger les crimes financiers,suite au crack boursier.

maxime kinder | 23/09/2008

Nous cohabitons "joyeusement",en occident,avec cette gravissime crise financière qui est en train de glisser sur un tobogan; pour nous mener à quoi ?
Je pose la question à Claudio d'Alelio,Président du Groupe Politique Européen Progressiste Fédéraliste Alliance Etats Unis d'Europe et déjà Membre de l' AEDBF (Association Européenne de Droit Bancaire et Financier)



M.K. : Monsieur d'Alelio ,lors de l'interview que vous m'aviez accordée en mars 2007 votre déclaration :
"J'invite les économistes et les politiciens eurosceptiques à se pencher davantage sur les conditions graves dans lesquelles se trouvent les marchés financiers de la planète et de trouver avec nous des solutions aptes à arrêter cette spirale infernale dans laquelle l'économie mondiale est entrée depuis vingt-cinq ans ! " était prémonitoire de ce que nous vivons,malheureusement, aujourd'hui.

C.d'A.:J'aurais voulu que cette crise financière ne puisse pas aboutir dans toute sa puissance destructrice sur notre système économique et social tel que nous le connaissons ,mais je constate avec grand regret que mes avertissements ,à l'unisson avec d'autres spécialistes, aux dirigeants des institutions bancaires et des responsables de l'Euroland ( ce sont les 15 pays sur les 27 Membres de l'UE qui ont comme devise l'euro ) ont été écartés et qu° ils ont adopté la politique de l'autruche .

M.K.: Le système financier actuel,donc, est défaillant et responsable de ce chaos.

C.d'A: : Monsieur Kinder,cessons de parler de responsabilité du "système financier" qui reste très virtuel comme l'ont été les richesses créées par la finance mondiale ces dernières 15 années et commençons à donner des noms aux responsables de ce désastreux modèle capitaliste anglo-saxon.

M.K. : De quelle manière faudrait-il agir, Monsieur d'Alelio ?

C. d'A. : En instituant un Tribunal International pour les crimes financiers,au plus tôt, pour ne pas permettre à des individus sans scrupules de croire de pouvoir échapper à une condamnation au pénal pour leurs crimes financiers commis aux dépends de l'humanité toute entière et de pouvoir naviguer sur leurs yachts de plus de 50 mètres de longueur sur "un long fleuve tranquille".

M.K. : N°est-il pas exagéré de parler de ce crack boursier comme d'un crime contre l'humanité ?

C. d'A. : Non,Monsieur Kinder,car depuis que nous nous sommes rencontrés en mars 2007 pour votre interview à aujourd'hui , la BCE et la Banque d'Angleterre en Europe et la Federal Reserve aux USA ont injecté plus de 2 MILLIONS de MILLIARD de $ dans les marchés financiers de la planète.
De l'argent que l'on aurait pu utiliser pour les citoyens du monde entier en terme de santé,alimentation ( une étude de l'Unicef a calculé que le coût pour éradiquer la faim dans le monde serait d'un peu plus de 1 million de milliard de $ ), recherche médicale (sida,cancer).
Rappelons-nous que, pour la crise alimentaire de l'hiver 2008, les pays du G8 n'ont pas été capables de contribuer, pour un montant de 1,8 Milliard de $, au sauvetage de plus de 40 pays en difficulté alimentaire (Egypte,Tanzanie,etc).
Nous voyons dans l'UE que les gouvernements passent à la tronçoneuse les bilans de l'Etat providence (soins de santé,éducation.retraites ,aides aux handicapés) pour soit disant faire des économies.Réfléchissons aux conséquences néfastes que cette crise financière portera à l'équilibre fragile dans lequel se trouve l'Occident face à la Russie et la Chine ,nous ne pouvons éviter de souligner les graves responsabilités qu'ont des financiers sans foi,ni loi qui méritent d'être jugés
par un Tribunal International et condamnés à rembourser les Etats qui se constituent partie civile.

M.K. : Pensez-vous,Monsieur d'Alelio, que, sans l'euro, la situation aurait été plus grave pour la France et les autres 14 pays de l'Euroland ?

C.d'A. : Oui,imaginez pendant un seul instant comment 15 banques, dont la Banque de France, auraient pu gérer ce séisme provoqué par le système financier chacune pour son compte,cela aurait été catastrophique car chaque banque aurait attaqué l'autre pour la survie du système économique de son propre pays.Par conséquent, ces tensions économiques intenses auraient mis en péril l'entente entre la France et l'Allemagne , créant ainsi une situation très dangereuse pour la survie même de l'Union Européenne !

M.K. : La BCE injecte de l'argent frais dans le système financier afin que certains instituts bancaires de l'UE ne tombent en faillite.Est-ce suffisant?

C. d'A. : J'estime que la BCE a un rôle important à jouer pour redonner aux citoyens leur confiance dans la construction européenne .
La BCE présidée par J.C. Trichet,devrait faire véhiculer son argent (et donc l'argent des contribuables européens) par la BEI ( Banque Européenne d'Investissement) au lieu de le donner directement aux banques en difficulté .
Nous devrions faire la "Europalisation" (au lieu que la nationalisation)des banques de l'UE en difficulté à travers la BEI qui deviendrait pour compte des citoyens européens l'actionnaire de référence dans les sus-dites banques.Cela comporterait une politique du crédit de proximité qui permettrait de faire à nouveau circuler la liquidité monétaire au plus près des intérêts économiques quotidiens des citoyens européens et non pas dans les systèmes opaques d'autres continents.N'oublions pas,Monsieur Kinder,que le 75% des produits fabriqués par les pays de lÚE,sont exportés "intra muros " en Europe,et que seul le 25% est exporté à l'extérieur de lÚnion Européenne.
Nous avons une occasion formidable de recréer un circuit économique européen de proximité.
Ne manquons pas cette grande opportunité pour le bien-être des citoyens de l'Union Européenne et pour continuer à avoir une paix durable sur le Continent européen.

Jacques Heurtault 06/10/2008 22:48

Il n'y a rien de pire, en effet, que l'action isolée des uns ou des autres ou l'action désordonnée de tous ...La seule bonne réponse, c'est l'action collective coordonnée, quel qu'en soit le prix.

David Mourey 06/10/2008 23:31


Tout à fait d'accord avec vous. Surtout face à ce type de problème intraitable isolèment. J'espère que la construction europénne va prendre du galon si je puis dire
...


A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012