Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 21:07


Voici la réponse courte, je développerai les différents points progressivement, que j'ai apportée à un ensemble de question que me pose le sympathique bloggeur OZENFANT ici : Pas assez de régulations dans les jeux de la finance et dans la macro économie. Mais trop de régulations dans l'économie réelle... Mr David MOUREY ?

 

Ozenfant pose plusieurs questions très intéressantes. En tout cas, moi elles m'intéressent.

 

Je tiens d'abord à rappeler que de très nombreux économistes expliquent et écrivent depuis longtemps que l'économie  de marché à besoin d'instances et de mécanismes de régulation au niveau macro et au niveau micro. Il suffit de lire les manuels universitaires et les nombreux rapports publiés par le CAE, l'OFCE, le CEPII, ... pour en être convaincu.

 

De plus, cela fait plusieurs décennies que ces mêmes économistes exhortent les politiques à prendre des décisions cruciales au niveau international pour mieux contrôler les flux internationaux de capitaux, la spéculation, ... , et leurs effets potentiellement destructeurs pour l'économie réelle.

 

S'il y a des fautifs, ce ne sont certainement pas les économistes, mais les dirigeants politiques trop souvent enfermés dans une doctrine, dans leur dogmatisme, et ce sont encore certains praticiens de l'économie qui font des paris insensés parce qu'ils savent bien qu'ils pourraient ne pas payer la facture de leurs erreurs en vertu du principe « too big to fail » et du principe de l'aléa moral. Intervention Publique et Crise Financière, c’est bon pour l’Aléa Moral

 

Ensuite, ce n'est pas la démocratie qui est remise en cause, mais l'économie de marché. Et on peut voir que les dirigeants des Etats, élus de la démocratie (je ne parle pas de la Chine), ayant des comptes à rendre au peuple, se bougent pour essayer de sauver l'économie de marché qui reste finalement, à notre connaissance, le pire des systèmes économique à l'exception de tous les autres. Winston CHURCHILL avait dit que « La démocratie est le pire des régimes à l’exception de tous les autres ».

 

C'est donc bien l'autorégulation par les principes du marché (main invisible et, loi de l'offre et de la demande) qui est remise en cause par cet interventionnisme répété.

 

Or, qui se trouve derrière les mécanismes du marché que je viens d'évoquer ?

 

Eh bien ce sont les acteurs de l'économie, ceux qui font et pratiquent concrètement l'économie.

 

Enfin, selon Albert EINSTEIN« La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information. »

 

Je suis désolé mais je ne suis pas de taille à débattre avec EINSTEIN. Je ne fais pas partie de ceux qui savent tout sur tout et que l'on aperçoit au loin sur quelques blogs,  à l'horizon ...  (lol) ...

 

Je peux juste dire que cet immense scientifique faisait références aux sciences expérimentales comme la physique. Malheureusement dans les sciences économiques et autres sciences sociales, l'expérience (notamment en laboratoire) est bien difficile, voire impossible.

 

De surcroit, ces disciplines doivent se nourrir de l'information puisque la plupart des décisions prises par les agents économiques se prennent sur la base d'une information imparfaite et dont les modes de traitement sont également imparfaits.

 

En économie, la connaissance s'acquiert par des modes de traitement de l'information adaptés aux différentes situations étudiées. Pour rester simple, comprendre les comportements des agents au niveau microéconomique et comprendre les évolutions des variables macroéconomiques exige de faire des hypothèses sur la nature de l'information dont disposent les agents économiques, sur leur capacité à traiter celle-ci de manière efficiente afin d'en déduire différents scenarii macroéconomiques entre les figures du  possible et celles de  l'utopique.

 

Cela étant, l'expérience du passé sert aussi en économie, dans la mesure ou on peut tirer des enseignements de nos erreurs passées pour ne pas les renouveler, ni dans le présent, ni dans le futur.

 

Mais comme tu le sais bien, « nous ne commettrons pas les mêmes erreurs mais nous en ferons d'autres ».

 

Par exemple, le cumul des réponses à la crise financière et réelle présente est là pour témoigner que des leçons ont été tirées de la très mauvaise gestion de la crise des années 30. On peut le voir à travers les actions suivantes  : politiques monétaires expansionnistes en baissant les taux d'intérêt, injections massives et coordonnées de liquidités, interventions des Etats pour rétablir la confiance en garantissant les dépôts bancaires,  Sommets des plus grandes puissances occidentales et émergentes, ..., et refus du repli protectionnistes en réponse aux défaillance en matière de régulation de la mondialisation/globalisation. Les années 30 ont montré que le repli protectionniste est bien la pire des solutions à une crise d'ampleur mondiale ...

 

Cette réponse rapide à un ensemble d'interrogations mérite des développements ultérieurs afin d'être plus précis.

 

A suivre donc, ...

 

 A consulter :

 

Aprés la Crise Financière : Comment sortir d'une récession ?

 

Les temps de la politique économiques

Intervention Publique et Crise Financière, c'est bon pour l'Aléa Moral

Sauvetage du système financier : A quel prix pour le contribuable ?

 

Crise financière : "Accusés, levez-vous !"

 

Attention : une crise financière peut en cacher une autre

 

Crise financière et Injection de liquidités

 

Les dangers de la « Finance de PONZI »

 

Crise financière, Points de vue d'Agnès Bénassy-Quéré Directrice-CEPII

 

Crise Financière : Points de vue de Jean-Paul FITOUSSI

Crise Financière : Une Action coordonnée de Six Banques Centrales

Panique Bancaire et Financière mondiale

Crise financière : quelle réponse européenne ?

D'une bulle spéculative à la suivante

Le Bilan des banques avant et après le Plan de sauvetage du Trésor US

De la crise financière, ... à la crise réelle ?

 

Attention : une crise financière peut en cacher une autre

 

Crise financière : excès de liquidités ou excès d'épargne ?

 

La « catastrophe » de 2011 : une grave crise de l'endettement

 

Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières

 

Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières (2)

 

 

Published by David Mourey - dans Crises Financières
commenter cet article

commentaires

Ozenfant 30/10/2008 09:48


Frédéric LORDON avait écrit un livre prévenant, -comme je l'ai fait humblement (par exigence morale) chez les B&B's-, de la crise à venir si l’autorégulation permettant les méthodes mafieuses des paris "à découvert" et les banques off-shore n'étaient pas rapidement abandonnées.
Quand je dis que les économistes se sont plantés, je parle évidemment des EXPERTS Télévisuels comme Elie COHEN, Liêm Hoang-Ngoc, Olivier BOULBA Olga , Nicolas BAVEREZ, Jacques MARSEILLE ou encore Jacques ATTALI dont l’incompréhension crasse servait de bréviaire aux états-majors politiques.
Quand je dis "les économistes", mon cher David, tu devrais savoir (comme je suis tout sauf manichéen) que j’admet volontiers les quelques brillantes exceptions qui confirment la règle. Je ne jette pas l’opprobre sur les membres d’une profession, mais sur ceux des membres de la profession qui dans leur majorité ont continué à professer l’autorégulation et à laissé s’installer des pratiques mafieuses.
Enfin tu dis : "Ensuite, ce n’est pas la démocratie qui est remise en cause, mais l’économie de marché. ... C’est donc bien l’autorégulation par les principes du marché (main invisible et, loi de l’offre et de la demande) qui est remise en cause par cet interventionnisme répété."
D’accord ce n’est pas le principe de la démocratie qui est en cause, mais c’est le fait que nous nous éloignions de la démocratie pour aller vers une "ploutocratie élective", qui a permis ces dérives "TRIPOT CLANDESTIN" des paris à découvert de la finance.
Enfin, tu ne m’as pas lu attentivement: Ce n’est pas l’économie de marché qui est remise en cause dans la macro-économie ce sont ses excès dans le mythe de l’autorégulation financière (Jamais aucune création humaine ne s’est autorégulée.)
Tu ne peux analyser la Macro et l’économie réelle ensemble : Elles sont connectées, mais ne sont pas mues par les mêmes ressorts.
Dans ta réponse (ton blog) à Einstein, tu dis que l’expérimentation n’est pas possible en économie: C’est vrai en Macro, mais c’est faux pour l’économie réelle.
C’est d’ailleurs pourquoi tu as absolument raison sur un point: il faut faire rentrer la micro dans vos écoles !
Tu vois, nous ne sommes loin d’être d'accord sur tout, mais je dis pourquoi, et ne profère pas de jugement de valeur à ton encontre: ce serait la preuve d‘une impuissance intellectuelle à l‘Horizon (lol).

David Mourey 02/11/2008 17:39


Ozenfant, encore une fois, il ne faut pas mettre tous les économiste dans le même panier. Et il n'y a pas que Frederic Lordon qui attire l'attention depuis de longues
années sur les dangers d'une finance en manque de régulation. Tu dis qu'une majorité d'entre eux est favorable à l'autorégulation, je ne suis pas d'accord. Et j'y reviendrai.
L'économie réelle, ce n'est pas la microéconomie. On ne peut comprendre le fonctionnement de l'économie réelle qu'en utilisant les lunettes micro et les lunettes macro en toute complémentarité.
Oui, nous sommes assez d'accord sur le fait que la macroéconomie n'épuise pas le champ des explications du fonctionnement de l'économie réelle ...



A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012