Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 21:25
 
Comme indiqué dans ce billet, Michel GODET en conférence à Pontault-Combault, les élèves de terminale ES et de première ES du lycée Charles Le Chauve de Roissy en Brie, les élèves de terminale ES et de première ES du lycée Camille Claudel de Pontault-Combault et les élèves de Terminale ES du lycée Sainte Thérèse d’Ozoir-La-Ferrière, au total prés de 400 élèves auront la chance d’écouter Michel GODET pour une grande conférence pédagogique d’économie., les élèves de terminale ES et de première ES du lycée Charles Le Chauve de Roissy en Brie, les élèves de terminale ES et de première ES du lycée Camille Claudel de et les élèves de Terminale ES du lycée Sainte Thérèse d’Ozoir-La-Ferrière, au total prés de 400 élèves auront la chance d’écouter Michel GODET pour une grande conférence pédagogique d’économie.
 
Michel GODET est un économiste inclassable. Toujours en lutte contre les idées reçues, il nous propose des analyses qui suscitent de nombreuses questions.
 
« Le courage du bon sens : Pour construire l'avenir autrement »
 
Dans son dernier ouvrage, « Le courage du bon sens : Pour construire l'avenir autrement », 2007, il nous propose en particulier la remise en cause de l’explication du retard de croissance de la France, et de l’Europe, par rapport aux Etats-Unis à partir d’un retard technologique.
 
Pour lui, c’est moins un retard technologique, qu’un retard démographique qui explique cet écart de croissance, et les conséquences négatives qui en résultent.
 
Je ne vais pas, dans ce premier billet, commenter ni confronter les arguments de Michel GODET à ceux de ses contradicteurs, je propose dans un premier temps quelques morceaux choisis, afin de mieux comprendre cet aspect du diagnostic que nous livre l’auteur.
 
Des perspectives démographiques sombres
 
Dans le chapitre 3 de l’ouvrage « Le courage du bon sens : Pour construire l'avenir autrement », dans un rapport rédigé pour le CAE – Conseil d’analyse économique - et dans divers articles publiés dans la presse il nous explique que « la tectonique démographique va bouleverser les cartes du monde et entraîner d’importants flux migratoires dans toute l’Europe y compris en France.  L'Europe fonce droit sur l'iceberg démographique, il est encore temps de changer de cap pour éviter la collision frontale avec l'hiver économique. »
 
Déclin démographique et dynamique économique
 
« Les perspectives de déclin démographique de l'Europe sont connues depuis longtemps et l'ONU a même publié un rapport provocant en 2000 annonçant une baisse de 40 millions d'habitants d'ici à 2050 ainsi que la nécessité, pour éviter un tel vieillissement, de faire venir plusieurs centaines de millions de personnes. Ces calculs de simple arithmétique n'ont aucun caractère prédictif. Il n'empêche que, sans un recours massif à l'immigration, il y aura moins d'actifs pour assurer la production des richesses. Les experts de l'OCDE estiment qu'à partir de 2010, le revenu moyen par habitant progressera deux fois moins vite en moyenne que par le passé. »
 
Du vieillissement des personnes (positif)
au vieillissement de la population (négatif)
 
« Au-delà des chiffres en valeur absolue, c'est moins le vieillissement par le haut (c'est une bonne nouvelle que d'augmenter l'espérance de vie et le nombre de personnes âgées) que le vieillissement par le bas (moins de jeunes) qui va affecter la dynamique productive, entrepreneuriale et compétitive. Les pays européens sont comme des vergers dont les arbres, en plein rendement pendant 40 ans, arrivent à maturité sans que l'on ait prévu leur remplacement par de jeunes pousses. Or, pour investir et consommer, il faut avoir confiance en l'avenir et besoin de s'équiper, autant de caractéristiques qui, malheureusement, régressent avec l'âge.  »
 
« La France va, comme ses voisins, manquer de bras et de cerveaux. L’immigration qu’elle soit choisie ou subie est inévitable. »
 
Esprit d’innovation, esprit d’entreprise et esprit de famille
 
« Les ressorts du dynamisme sont les mêmes dans les domaines économique et démographique : le goût de vivre s'exprime à la fois par l'initiative économique et par l'accueil des enfants. L'esprit d'entreprise est cousin de l'esprit de famille ! »
 
Pas de croissance soutenue et durable sans enfants
 
« Comme le disait Alfred Sauvy, les économistes refusent de voir le lien entre croissance économique et dynamique démographique et ne cherchent donc pas à le vérifier. Pourtant, les Trente Glorieuses et le baby-boom sont allés de pair et l'essor des États-Unis s'explique sans doute aussi par une meilleure santé démographique. »
 
Ecart de taux de croissance entre l'Europe et les Etats-Unis
Et Stratégie de Lisbonne
 
« La comparaison des taux de croissance entre l'Europe et les Etats-Unis fait généralement appel à la technique pour expliquer des différences sur le long terme.
L’ambitieuse stratégie de Lisbonne pour la croissance et l’emploi misait en 2000 essentiellement sur les technologies de l’information et l’économie de la connaissance pour assurer à l’Europe son avenir et sa puissance sur la scène internationale à l’horizon 2010. »
 
« Au sommet de Lisbonne en 2000, l’Europe s’est entichée du concept de société ou d’économie de la connaissance, pour lequel elle s’était même fixée un objectif de leadership mondial. L’Europe vieillissante se rassurait pour l’avenir, s’imaginant peuplée de cheveux gris savants, jeunes d’esprit et champions de l’innovation. Après la société de l’information des années 80, la nouvelle économie des années 90, les abonnés du mirage technologique ont lancé un nouveau concept, la société de la connaissance, pour dire la même chose ou presque.
La connaissance est bien le moteur de l’innovation. Ce n’est pas une raison pour cultiver le mirage technologique et la fuite en avant dans les dépenses de R&D.
L’innovation n’est pas uniquement technique, mais aussi commerciale, organisationnelle et financière. La technologie, bien qu'importante, ne saurait constituer l'essentiel. Cessons de considérer que la dépense de R&D est le principal indicateur porteur d'espoir pour l'avenir. Plus que le montant, compte l'efficacité de la dépense. » « Société de la connaissance versus mirages technologiques », « La Tribune », le 14 novembre 2007
 
Pour Michel GODET, « depuis un quart de siècle, l’écart d’environ un point en moyenne annuelle de croissance économique entre les Etats-Unis et l’Europe s’explique pour l’essentiel (80%) par la moindre dynamique démographique. L’écart qui subsiste proviendrait de nombreux facteurs : amélioration de l’efficacité productive, accumulation du capital, augmentation du nombre d’heures travaillées par habitant, voire effets multiplicateurs de la demande finale portée par cette dynamique démographique. »
 
L’hypothèse d’un multiplicateur démographique ?
 
« Si les Américains travaillent plus, c’est qu’il y a une demande solvable à satisfaire, peut-être aussi plus soutenue qu’ailleurs pour cause d’expansion démographique.
Nous avançons ici une nouvelle hypothèse ; celle d’un multiplicateur démographique qui serait à l’origine d’une part importante des gains de productivité plus élevés aux Etats-Unis qu’en Europe. La productivité est le résidu de croissance supplémentaire, non expliqué par l’augmentation du capital et du travail. Faute de mieux, ce surcroît de croissance du PIB par actif est attribué au progrès technique, ce qui est une manière positive de désigner le résidu non expliqué.
La variation du PIB par actif est d’autant plus significative que le nombre d’actifs occupés et les débouchés augmentent, dans une population en expansion. Ce multiplicateur éclairerait mieux le décrochage de croissance du PIB par actif, constaté depuis le début des années 2000 entre les Etats-Unis et l’Europe, que le supposé retard technologique. L’Europe est elle-même son principal débouché. Pour éviter la perspective des cheveux gris et d’une croissance molle de l’Europe, nous appelons de nos vœux une relance démographique et une politique européenne en faveur des familles avec enfants. »
 
Dans un article très récent « Société de la connaissance versus mirages technologiques » publié dans le quotidien « La Tribune », le 14 novembre 2007, Michel GODET précise ce point de vue. Il avit déjà apporté des précisions à son hypothèse démographiques dans les articles suivants dont je vous propose les liens ci-dessous.
 
- « Trois scénarios qui posent question », Les Echos le 29 novembre 2006
- « Productivité : le multiplicateur démographique », Les Echos, 19 avril 2004
- « Productivité : arrêtons de nous glorifier ! », Challenges, 18 mars 2004
- « Le Choc Démographique de 2006 est déjà là », Les Echos le 28 et 29 novembre 2003
 
Vers la croissance potentielle et le plein emploi
 
Je dois avouer que cette hypothèse suscite de nombreuses réflexions chez moi. En effet, si elle se révélait conforme aux vérifications empiriques, elle remettrait sérieusement en question les résultats des principales théories de la croissance qui insistent surtout sur le progrès technique, entendu au sens large, comme moyen d’améliorer durablement le niveau de la croissance potentielle.
 
Donc, doit-on se tourner vers la démographie et/ou le progrès technique pour obtenir une croissance soutenue et durable qui puisse nous conduire vers le plein emploi ?
 
A suivre …
 
A consulter :
 
  
Société de la connaissance versus mirages technologiques
Article paru dans La Tribune, le 14 novembre 2007, le 14 novembre ,
Chronique de Michel Godet.
 
Trois scénarios qui posent question
Paru dans Les Echos le 29 novembre 2006,
 par Michel Godet
 
Productivité : le multiplicateur démographique
Paru dans les Echos, 19 avril 2004
par Michel Godet
 
Productivité : arrêtons de nous glorifier !
Paru dans Challenges, 18 mars 2004
par Michel Godet
 
Le Choc Démographique de 2006 est déjà là
Paru dans les Echos le 28 et 29 novembre 2003
par Michel Godet
 
 
Published by David MOUREY - dans Croissance économique
commenter cet article

commentaires

Ozenfant 21/12/2007 17:21


David,
Des pans entier de notre savoir faire ont disparus et disparaissent tous les jours et ne sont remplacés par RIEN. Je pensais honnêtement que j'étais quelqu'un d'optimiste, je vois qu‘il existe encore plus optimiste (lol).
Est-ce la pratique journalière d'un état, de sa justice, de sa police, de l'ANPE, de ses services de créations d’entreprises ante diluviens, fiscalité obsolète, etc. … qui sont en faillite qui fait la différence ? : Nous pouvons en parler en détail si tu veux (de cet amoncellement de disfonctionnements).
France Inter : "Carrefour le plus condamné parmi les grandes surfaces pour entente illicite sur les jouets de Noël en 2001 ! " (Le 20.12. 2007). Plus grave : pourquoi un Kg d’oranges espagnoles, cultivé près de la frontière française, coûte 0,60 € sur les marchés espagnols, et 2,50 € (et plus) côté français ? http://blog-ccc.typepad.fr/blog_ccc/2007/12/france-inter-ca.html

toto 19/12/2007 16:48

Lire :
>"l’idée qu’il faudrait « faire des enfants » ou accroître les flux d'immigration pour résoudre « le problème » des retraites est erronée. En effet, l’accroissement du nombre des actifs qui s’en suivrait engendrerait d’autres retraités vivant plus longtemps, qui lui-même réclamerait un accroissement encore plus grand de la population active pour financer les retraites et ainsi de suite indéfiniment. Pour reprendre les mots de Didier Blanchet, « il faudrait un baby-boom perpétuel ou bien des flux migratoires considérables et d’ampleur croissante donc, dans les deux cas, une croissance démographique rapide et sans fin. » Le graphique ci-dessous, extrait de l’article de Blanchet, montre de manière frappante que quels que soient les scénarios de mortalité ou de fécondité, le nombre de personnes en âge d’être en retraite augmente fortement, alors que le nombre d'actifs varie peu (il baisse même légèrement). L’augmentation de l’espérance de vie ne pourra donc pas être compensée durablement par un simple changement des comportements de fertilité, ni par le recours à une plus forte immigration."
jeudi 29 novembre 2007

Le « problème » des retraites (1/40) : les faits et les choix

http://www.ecopublix.eu/ 

David MOUREY 19/12/2007 22:44

Merci Toto pour ce com trés utile pour une question . J'avais vu passer cet argument. Je vais le revoir de plus prés demain et nous en reparlerons.

toto 19/12/2007 16:43

Bonjour
Qui dit venue massive d'immigrants pour palier au déclin démographique dit aussi beaucoup de retraites à financer comme actuellement avec le problème des baby boomers arrivant en âge de la retraite.
Le marché du travail étant fluctuant un travailleur d'un jour peut être un chômeur un autre jour avant d'être un retraité plus tard.
 

David MOUREY 19/12/2007 22:39

Oui, tout à fait, c'est bien le solde des flux qui importe. De même que l'équilibre intergénérationnel.

Jo 19/12/2007 13:08

Je vois pas en quoi l'anonymat te poses un probleme. C'est pas parce que tu as ton nom et ta photo sur un blog que tes arguments sont meilleurs."Economistes respectés" : Godet et Pébereau?Respectés par qui?

David MOUREY 19/12/2007 22:30

Ecoutez, c'est sympa de me rendre visite, mais pour des discussions constructives, ce serait mieux. Voir le com d'ecopublix.

Ozenfant 19/12/2007 11:13


David,     Je suis bien d'accord avec tonprécédent texte sur la complémentarité macro/micro.      Je ne parle que des sujets où j'ai amassé de l'expérience, c'est à dire la gestion d'entreprises.  Quand je parle de nos relations avec la Chine, je me place donc dans le réel:  La disparition de nos savoir-faires, de nos emplois productifs de notre auto-suffisance:     Notre enfermement dans une dépendance qui n'est, pour moi, qu'un mirage de "Temps de paux".                                                                                              
Hausse de l'excédent commercial de la zone euro en octobre à plus de 6 milliards d’€ , pendant qu’en France nous avons la joie de vous annoncer un déficit record de 3,6 milliards d’ € !    http://blog-ccc.typepad.fr/blog_ccc/2007/12/hausse-de-lexcd.html#comments

David MOUREY 19/12/2007 22:37

Ozenfant, tu as une vision trés noire de la situation de l'économie française. Je reviendrai sur les questions que tu soulèves plus tard. Mais il ne me semble pas que nous ayons perdu tout cela. La France ne va pas si mal. Par exemple, la France bénéficie de la mondialisation par des importations à moindre prix. Mais cela pourrait ête mieux...

Jo 17/12/2007 08:27

De mieux en mieux...Michel Godet : l' "économiste" le moins crédible de France ! Ils ont de la chance tes élèves de recevoir quelqu'un que même les économistes de droite considèrent comme tellement partisan de notre président que ses analyses sont fausses. Après Michel Pébereau sur la dette publique, Michel Godet sur les 35 heures....Vivement Jacques Marseille sur les fonctionnaires !Ils ont de la chance tes élèves !

David MOUREY 17/12/2007 22:55

Ce commentaire est tellement marqué par les opinions personnelles que je ne peux argumenter. Je tiens juste à rappeler que en ce qui concerne les conférences pédagogiques à destination des élèves, se sont succédées Jean-Paul FITOUSSI, Daniel COHEN, Pierre CAHUC, Agnès BENASSY QUERE et Liem HOANG NGOC. Patrick Artus succédera à Michel GODET en 2008. Les élèves, nombreux ont également pu assister à des débats publics autour de Christian de BOISSIEU, Michel PEBEREAU, Jean PISANI-FERRY, Eric HEYER, Xavier TIMBEAU et Guillaume DUVAL. Ce rappel est la meilleure preuve de pluralisme que je puisse faire. Si monsieur Jo l’anonyme n’aime pas
Michel Godet
et Michel Pébereau, c’est son opinion personnelle et cela n’engage que lui. Moi je considère que j’apprend beaucoup de toutes ces personnes. Et mes choix pédagogiques n’ont pas à être dominés par mes préférences idéologico-politiques. Donc, cher monsieur Jo l’anonyme quand on laisse de tels messages publics, il convient d’assumer sa signature. Oui, nos élèves ont de la chance. Et je suis très heureux de leur offrir cette chance de pouvoir écouter et rencontrer tous ces économistes respectés et membres des principaux centres d’études et de recherche…
 

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012