Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 12:02

La Revue d'économie financière REF n° 101, publiée début 2011 par l’AEF (Association d’économie financière) nous a proposé un second volet d’une analyse complète du risque systémique.

Dans ce second volet, les réflexions des auteurs portent sur la question de la supervision bancaire et financière.

Le numéro 100 de la REF s’intéressait à un premier aspect du risque systémique : « Repenser la finance ». Voir le billet précédent.

 

 Rappel : Le risque systémique désigne le fait que la faillite d’établissements de trop grande taille peut entrainer par contagion, en raison d’interdépendances multiples, la chute d’autres très grands établissements et progressivement, par effet domino, l’effondrement du système monétaire et financier avant, in fine, d’atteindre l’économie réelle.

La question du risque systémique, lequel se traduit par la destruction d’entreprises, d’activités, d’emplois, de revenus, …, de nombreux agents innocents relativement aux risques pris par quelques-uns, nous conduit à nous intéresser à deux autres phénomènes centraux dans une économie globalisée : le « Too big to fail » (trop gros pour s’effondrer) et l’Aléa moral.

Est considéré comme « Too big to fail » un établissement bancaire, financier, qui pourrait entrainer inexorablement dans sa chute d’autres établissements de grande taille, puis les autres, au point de mettre en péril la stabilité monétaire, financière, et économique dans son ensemble.

Il semble donc logique de vouloir éviter cela pour que des innocents ne paient pas un prix très élevés pour les erreurs d’une minorité.

Mais la nécessité, pour le bien être particulier et collectif, de sauver les établissements « Too big to fail » en vue d’éviter le risque systémique vient se heurter inévitablement au problème de l’Aléa Moral.

Il y a aléa moral lorsque ceux qui savent qu’ils seront sauvés, en vertu de la menace que fait peser sur tout le système leur effondrement, prennent encore plus de risques qu’ils ne le feraient s’ils savaient qu’ils ne seraient pas sauvés.

Le dilemme « risque systémique » versus « aléa moral » est bien connu des économistes.

Et s’il est facile à comprendre, il est bien moins facile à résoudre.

L’un des principaux intérêts de ces deux revues REF de l’AEF est justement de nous donner des pistes pour trouver une solution à cet épineux problème d’arbitrage.

 

Présentation : « Le déclenchement de la crise financière, sa durée et ses répercussions ont mis en évidence les lacunes des outils de supervision du système financier.

« LE RISQUE SYSTÉMIQUE 2 Repenser la Supervision »Ce second numéro de la Revue d’économie financière consacré au risque systémique apporte sa contribution aux réflexions en cours sur le sujet.

Il s’interroge d’abord sur le champ d’application de cette supervision et son élargissement à des acteurs qui n’en ressortent pas.

Il plaide ensuite pour une meilleure appréciation du risque financier.

Enfin il analyse les outils à mettre en oeuvre, tant au plan national qu’au plan international, pour renforcer la dimension préventive de la supervision, en particulier par l’application de politiques macroprudentielles.

À la lecture des articles des deux numéros de la REF consacré au risque systémique, vous constaterez que de grandes avancées ont été réalisées par rapport à la situation antérieure à la crise.

 Sont-elles suffisantes ?

Le doute ne peut pas être écarté et on devrait connaître d’autres crises financières.

Gageons que leurs conséquences seront moins importantes.

En plus de ce thème principal, le numéro 101 propose deux articles sur des points particuliers de l’économie ou de la finance (la perception de la faillite de Lehman Brothers aux États-Unis et la remise en cause de l’intégration financière par les pays émergents suite à la crise). »

 

AEF « LE RISQUE SYSTÉMIQUE : 2 Repenser la supervision », REF n° 101

306 pages

Bon de commande

Abonnement papier

 

Quelques contributions :

 

Risque systémique et politique macroprudentielle : une nouvelle responsabilité des banques centrales

Michel Aglietta Université Paris Ouest (EconomiX) ; Cepii.

 

Quel champ pour la régulation bancaire et financière ?

Pierre-Henri Cassou Membre, Group of Experts on Banking Issues, Commission européenne.

 

Assurance, stabilité financière et risque systémique

Philippe Trainar Chief Risk Officer, groupe Scor ; membre, Conseil d’analyse économique (CAE) et Cercle des économistes.

 

Quelles réformes pour l’industrie de la notation financière ?

Norbet Gaillard Consultant, économiste, Banque mondiale.

 

La réévaluation du risque de solvabilité et de liquidité : le point de vue du superviseur

Danièle Nouy Secrétaire général, Autorité de contrôle prudentiel (ACP).

 

Le Comité européen du risque systémique : l’approche européenne du risque systémique

Mauro Grande Directeur général de la stabilité financière, Banque centrale européenne (BCE).

 

Too big to fail ? ! Leçons de la crise financière

Sebastian C. Moenninghoff, Axel Wieandt

Ancien assistant exécutif d’Axel Wieandt ; assistant de recherche, Chaire de finance, WHU – Otto Beisheim School of Management.

Managing Director, Deutsche Bank AG ; ancien CEO, Hypo Real Estate Holding AG ; professeur honoraire, Chaire de finance, WHU – Otto Beisheim School of Management.

 

Toutes les contributions se trouvent ici : REF n° 101

http://www.aef.asso.fr/parution.jsp?prm=59658

 

 

Published by David Mourey - dans Livre d'économie
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012