Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 12:42

 
Le second Colloque « Nouveau Capitalisme, Nouveau Monde » se tient aujourd’hui (7 janvier 2010) et demain vendredi 8 janvier 2010 à l’Ecole Militaire.

 

Ce colloque « Nouveau Capitalisme, Nouveau Monde » « Régulation Gouvernance et progrès » a été ouvert ce matin par Nicolas SARKOZY, le Président de la République, et il va permettre d’aborder au cours de trois tables rondes les thèmes suivants :


  1ère table ronde :
« Avons-nous bien géré la crise ?»

      2ème table ronde :
« Nouveau monde, nouvelle gouvernance ? »

         3ème table ronde :
« Après la crise : devons-nous changer notre vision du monde ?»

 

Lors de la première table ronde « Avons-nous bien géré la crise ?», Jean-Paul FITOUSSI a d’abord stigmatisé l’incompétence des Agences de Notation et leurs effets sur les comportements des acteurs sur les marchés financiers.

Puis, il a énoncé 5 enseignements majeurs de cette crise en cours.

Enfin dans la partie réponses aux questions, il a insisté sur le manque d’Europe au niveau institutionnel.

En particulier, il a réitéré son appel à la création d’une C3ER ou Communauté européenne de l’environnement, de l’énergie et de la recherche.

 

Les agences de notation sont largement coresponsables de l’émergence des facteurs de crise et du déclenchement de celle-ci sur le segment des crédits surprime aux Etats-Unis.

N’ayant pas su évaluer correctement de nombreux titres recomposés, elles ont favorisé une titrisation débridée et le gonflement de bulles … jusqu'à leur explosions avec tous les effets sur l’économie réelle et les innocents que cela implique.

 

Aujourd’hui, Jean-Paul FITOUSSI note que paradoxalement les acteurs des marchés financiers,  font désormais excessivement confiance à ces agences de notation (qui les ont induit en erreur et conduit dans le mur) lesquelles seraient sur le point de dégrader la note des titres de dette publique de nombreux pays membres de l’UE en raison de la croissance rapide de la part de la dette publique dans le PIB de ces pays.


Les marchés financiers mettent même la pression sur les agaces de notation afin qu’elles incitent les Etats à réduire leur endettement sous peine de dégradation de la note de la dette souveraine et donc de la nécessité de payer plus cher cette dette.

 

Ce point fait dire à Jean-Paul FITOUSSI que
« les pyromanes sont devenus procureurs et ils accusent les pompiers d’avoir provoqué une inondation »

 

Cela aurait pourtant des conséquences lourdes sur les économies et les populations de ce pays. De plus, la plus grande part de l’accroissement des dépenses publiques ne provient pas du soutien à l’économie réelle (3 points de PIB en trois ans, 2008, 2009, 2010) mais du soutien au secteur bancaire et financier à l’origine de la crise (17 points de PIB).

 

Il y a de qui s’interroger sur cette confiance aveugle si rapidement retrouvée
envers des instituions de notation qui ont autant dérapé.

 

Enfin, Jean-Paul FITOUSSI tire cinq enseignements principaux mais il revient ensuite sur la question européenne spécifiquement.


1 – Les marchés financiers doivent être mieux surveillés, régulés afin que certains acteurs prennent moins de risques avec l’argent des autres.

 

2 – La croissance ne fut soutenable relativement que dans les pays ou le système de protection sociale était le plus développé car les insécurités économiques y furent moindre.

 

3 – La crise étant globale, la recherche de la croissance par la compétitivité extérieure ne peut qu’entrainer une aggravation de la crise.

 

4 – Il faut hâter la réforme du système monétaire et financier international afin de lutter contre les déséquilibres macroéconomiques et financiers internationaux.

 

5 – Il convient de rompre le cercle vicieux qui va de la croissance des inégalités de revenus au soutien durable de la demande par l’endettement, car cela alimente in fine les bulles spéculatives …

 

A lire :

 

Jean-Paul FITOUSSI, Le Monde du 4 janvier 2010

Après la crise, un conte parfaitement immoral, par Jean-Paul Fitoussi

http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/04/apres-la-crise-un-conte-parfaitement-immoral-par-jean-paul-fitoussi_1287172_3232.html

 

ARTUS et PASTRE « Sorties de crise : Ce qu'on ne nous dit pas, ce qui nous attend »

 

Site du colloque

http://www.colloquenouveaumonde.fr/


Intervention Publique et Crise Financière, c'est bon pour l'Aléa Moral


Après la Crise Financière : Comment sortir d'une récession ?


Dune bulle spéculative à la suivante


Les dangers de la « Finance de PONZI »


Panique Bancaire et Financière mondiale


Crise financière : excès de liquidités ou excès d'épargne ?


Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières


Mieux comprendre la finance pour éviter les crises financières (2)


De la crise financière, ... à la crise réelle ?


Les temps de la politique économiques


Attention : une crise financière peut en cacher une autre


Crise financière et Injection de liquidités

 

Published by David Mourey - dans Crises Financières
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012