Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • David Mourey
  • Professeur d'Economie et de Sociologie

Depuis 2005, Organisation et Animation :
Conférences Pédagogiques
Débats Publics
Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ...
au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault
  • Professeur d'Economie et de Sociologie Depuis 2005, Organisation et Animation : Conférences Pédagogiques Débats Publics Colloques d'Economie, Monnaie, Finance ... au SENAT, Banque de France, ..., Pontault-Combault

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

Rechercher

Le Livre de la Semaine

OCDE Statistiques OECD Factbook 2011-2012 « Analyse économique et historique des sociétés contemp

Texte Libre

Depuis 2005 !!!

Les « Rencontres économiques » pour tous, lycéens, étudiants, citoyens !

A Pontault-Combault (77340) aussi !!!

Des Initiatives de David MOUREY

24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 16:28

La Commission de Libération de la Croissance Française (CLCF), présidée par Jacques ATTALI a rendu récemment son second rapport.

 

Ce second rapport est intitulé

  

« Une ambition pour dix ans,

Une mobilisation générale pour libérer la croissance

et donner un avenir aux générations futures »

 

Rapport ATTALI Une ambition pour 10 ans Oct 2010C’est un rapport qui vaut le détour compte tenu du diagnostic sans concessions qu’il dresse de la situation de la France et des propositions qu’il propose.

 

Je reviendrai sur différents points spécifiques dans des post ultérieurs, mais je retiens d’emblée les remarques et recommandations suivantes :

 

Le rapport pointe deux urgences qu’il semble bien difficile d’ignorer, ou même de sous estimer !

 

Le rapport nous invite à concilier obligations de court terme et de long terme.

  

Il propose, dans cette perspective, des recommandations consistant à agir immédiatement dans le but d’une sortie durable de la crise et de la croissance molle qui pèse sur les générations présentes sans rien garantir de meilleur pour les générations futures.

 

  

Diagnostic

 

DEUX URGENCES :

LE DÉSENDETTEMENT ET L’EMPLOI

 

PREMIÈRE URGENCE :

REGAGNER LA MAÎTRISE DE NOS FINANCES PUBLIQUES, SOCLE DE LA CROISSANCE

     1.  RAMENER RAPIDEMENT LE DÉFICIT PUBLIC À 3% DU PIB

     2. MENER SUR DIX ANS UNE TRANSFORMATION EN PROFONDEUR DES ADMINISTRATIONS ET DES                            POLITIQUES PUBLIQUES

     3.  FAIRE DE L’EUROPE UN RELAIS DE NOTRE STRATÉGIE DE DÉSENDETTEMENT ET DE CROISSANCE

 

SECONDE URGENCE :

STIMULER LA COMPÉTITIVITÉ ET L’EMPLOI ET REDONNER UN AVENIR AUX JEUNES

     1. METTRE EN PLACE UNE « FLEXISÉCURITÉ À LA FRANÇAISE »

     2. RENFORCER LA COMPÉTITIVITÉ POUR DÉVELOPPER L’EMPLOI

 

Que faire ?

 

PRÉPARER LA CROISSANCE DE DEMAIN :

ASSURER À NOS ENFANTS UNE ÉDUCATION ET UN ENVIRONNEMENT DE QUALITÉ

 

PREMIER CHANTIER DE LONG TERME : GARANTIR LA QUALITÉ DE L’ÉDUCATION

DE TOUS NOS ENFANTS, DE LA MATERNELLE À L’UNIVERSITÉ

 

SECOND CHANTIER DE LONG TERME : PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT

ET GÉRER LES RESSOURCES RARES

 

Quelques commentaires personnels

 

Il ne faut pas réduire la maitrise des fiances publiques à la cure d’austérité

Cela revient à caricaturer le message du rapport

 

En ce qui concerne le diagnostic, je suis toujours surpris par ceux qui minimisent les effets pervers d’un endettement public en hausse permanente depuis une trentaine d’années, d’autant plus que cette situation est partagée par de nombreux autre pays.

Comment peut-on minimiser les risques inhérents à une situation qui pourrait conduire de nombreux détenteurs de titres de dette publique à s’en débarrasser avec tout ce que cela peut impliquer.

Il n’est nul besoin d’être ultralibéral ou ultra orthodoxe pour comprendre cela, sans pour autant valider ab initio le scenario catastrophe.

Quant à ceux qui ne se contentent pas seulement de minimiser ce problème de finances publiques, mais qui tout simplement souhaitent l’ignorer, je ne préfère même pas en parler…

 

Ne voir dans la maitrise des finances publiques qu’une cure d’austérité est tellement réducteur que je ne vois pas comment on peut argumenter face une position aussi extrême.

 

 

De manière analogue, il me parait assez incompréhensible de nier la complémentarité entre compétitivité et emploi dans une économie ouverte. Par définition, l’ouverture aux échanges avec le reste du monde crée des interdépendances qu’il parait bien délicat de sous estimer. Cela présente dés avantages mais cela crée des contraintes.

On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

 

Il y a aussi le rejet de la croissance économique comme source de progrès, et par là même du capitalisme comme aiguillon de l’innovation et de l’économie de marché qui via les échanges qu’elle permet contribue avec le capitalisme au progrès humains.

 

Faut-il rejeter la croissance au prétexte que le modèle de croissance qui fut et qui est encore le notre a causé de nombreux dégâts environnementaux, s’est accompagné du creusement de certaines inégalités, …, au point d’ignorer tous les progrès dont il est porteur ?

Il y a encore une fois un tel excès dans cette attitude consistant à rejeter en bloc un système que je ne peux raisonnablement partager.

 

Au fil des lectures que j’ai pu faire depuis des années, pour le dire communément qu’il s’agisse d’écrits orthodoxes ou hétérodoxes, il me parait tout à fait possible et probable de promouvoir une croissance qui soit plus respectueuse de l’environnement et qui permette  le développement (au sens d’amélioration qualitative) des niveaux de vie des générations présentes et des générations futures.

 

Dans ce cadre, les grandes lignes directrices proposées par le rapport pour construire l’avenir me paraissent tout à fait crédibles.

 

Enfin, le rapport pose clairement le problème du courage des dirigeants politiques, de tous les bords, lorsqu’il s’agit de faire des réformes. Certes, la difficulté et le recul ne leur incombent pas complètement car les agitateurs d’idées reçues et d’arguments fallacieux (syndicats et partis d’extrêmes) ont une lourde responsabilité dans les échecs des diverses tentatives de réformes menées depuis trois décennies.

 

Il conviendra de revenir, autant que possible, sur la faisabilité et les conditions de celle-ci dans de prochains billets.

 

Le rapport de la Commission de Libération de la Croissance Française est disponible au téléchargement sur ce lien.

ou ici :

http://www.attali.com/ecrits/rapports/commission-de-liberation-de-la-croissance-francaise-3

 

A lire aussi un court article de Jacques ATTALI

« Si on parlait de la commission sur la croissance »

http://www.attali.com/ecrits/articles/macro-economie/si-on-parlait-de-la-commission-sur-la-croissance

 

Le site de Jacques ATTALI

http://www.attali.com/

 

Published by David Mourey - dans Croissance économique
commenter cet article

commentaires

A Lire

Banque de France La Crise de la Dette Souveraine Juin 2012 BIS BRI 82e Rapport annuel 2011 2012